actualites
Edition 2016 du rapport Bluesteps

Actualité

bluestepsmed

Pascal Bohu délivre ses conseils aux candidats dans le cadre de son analyse des résultats de l’édition 2016 du rapport BlueSteps sur les perspectives d’emploi des cadres.

 

 

Les cadres se doivent d'être curieux et ouverts d'esprit pour anticiper les tendances

 

Par Julia Salem


Beaucoup s'attendent à ce que l'emploi des cadres s'améliore en 2016. Est-ce que c'est le bon moment selon vous pour envisager un changement de poste ?

 

Depuis le début de la crise en 2009, le marché a considérablement baissé. Il y a moins de grandes initiatives stratégiques ou d'investissement, et moins de postes ouverts, mais néanmoins de très belles opportunités de postes à saisir. Beaucoup de cadres dirigeants ont évité de prendre des risques pendant cette période. Avec la reprise qui s'amorce, nous entendons nos clients évoquer de nouveaux projets et des mouvements stratégiques. Le marché se redynamise, nous rencontrons des candidats moins frileux à l'idée de bouger, c'est en effet un meilleur moment pour envisager une évolution de carrière externe.

 

Quelles tendances économiques globales auront selon vous le plus d'impact sur l'emploi des cadres dans l'année qui vient ?

 

Deux tendances majeures se profilent pour les années qui viennent. La première concerne l'économie mondiale : avec la croissance économique soutenue en Asie, le nombre de transferts de sièges de groupes dans cette partie du monde s'accroît, impliquant la relocalisation de dirigeants, ou du moins de leur poste. La seconde tendance est liée à l'évolution technologique qui a un impact à la fois sur la structure interne des entreprises et sur la création de nouveaux types d'entreprises. La digitalisation de l'économie et la montée en puissance de nouveaux modèles économiques ("ubérisation") est très attractive pour les candidats, notamment ceux identifiés comme hauts potentiels.

 

Que doivent faire les candidats pour être remarqués par les cabinets de recrutement ?

 

Il est évident qu'on ne peut plus se tenir à l'écart des réseaux sociaux professionnels. Mais remplir correctement son profil en ligne en détaillant son expérience, en soignant sa photo et en choisissant au mieux des mots clefs n'est plus suffisant pour être remarqué, précisément parce que tout le monde a un profil ! Les candidats qui se démarquent sont ceux qui vont plus loin et écrivent des articles, partagent leur opinion, même si c'est une opinion affirmée et originale, via leur statut, leurs commentaires sur un groupe de discussion, ou la fonction "blog" du réseau social.

Les candidats qui réfléchissent à leur style de management et qui acceptent d'évoluer, de se remettre en question, et savent le communiquer clairement seront plus visibles. Mais il faut que cela ne se limite pas à un effet artificiel de communication, et qu'il mettent réellement en œuvre leurs idées.

 

Quels sont les plus grands défis pour les cadres en ce moment, et quelles compétences liées à ces tendances sont les plus demandées ?

 

Dans de nombreux secteurs, l'un des principaux défis est de ne pas manquer le passage à la digitalisation et d'arriver à repenser le modèle économique de l'entreprise, que cette évolution technologique ne manquera pas de bouleverser.

 

Le deuxième défi est de parvenir à trouver des moyens d'assurer le bien-être des équipes et de les rassembler autour d'une culture d'entreprise pour favoriser la motivation des salariés.

C'est une tendance qui va s'accentuer à l'avenir avec l'arrivée sur le marché de nouvelles générations et d'une plus grande diversité culturelle, qui va nécessairement modifier les attentes en matière de management et d'équilibre entre le travail et la vie personnelle.

 

Enfin, je mentionnerai la créativité et la prise de risque. Les dirigeants d'entreprise se doivent d'être plus curieux et ouverts d'esprit que jamais, afin d'anticiper les nouvelles tendances et de construire la stratégie de l'entreprise. Il ne s'agit pas de révolutionner leur entreprise au risque de déstabiliser à la fois les équipes et les clients, mais de trouver le bon équilibre entre la conservation des atouts qui ont fait la réussite de l'entreprise et l'ajout de nouveaux qui la pérenniseront.

 

Pour quelle raison les cadres privilégient-ils le coaching et la formation à l'utilisation des réseaux sociaux et plus généralement au "digital" par rapport aux formes plus traditionnelles de formation continue ? Pensez-vous, vous aussi, que ce soit le meilleur moyen pour rester compétitif sur le marché du travail, en dehors de l'expérience professionnelle ?

 

Pour les cadres ayant une solide formation initiale, le coaching et les formations complémentaires sont un bon moyen de développer de nouvelles compétences. N'oublions pas cependant les formations plus traditionnelles telles que les MBA, qui offrent une opportunité de se faire un réseau au cours de la formation, ce qui n'est pas le cas du coaching, par exemple. Et, comme chacun sait, rien ne remplace un bon réseau.

 

Si vous deviez donner un seul conseil aux cadres dirigeant d'aujourd'hui, quel serait-il ?

 

Apprenez à naviguer dans les deux mondes : celui que nous avons connu jusqu'à maintenant et celui qui se profile à l'horizon. Regardez en avant sans pour autant rejeter ce qui a bâti le succès de l'entreprise.

 


Découvrez le rapport BlueSteps dans son intégralité