actualites
Xavière Phisel interviewée dans la newsletter des "Femmes du Tourisme"

Actualité

100logosirca 161x50

La première newsletter des Femmes du Tourisme met Xavière Phisel à l'honneur dans sa rubrique "Regard de Femmes".

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots?

XavierePhisel, 47 ans. J’ai deux garçons (6 et 11 ans).

 

Une expérience de 18 années dans le recrutement, dont 9 dans un grand cabinet et 9 (actuellement) chez Sirca en tant qu’Associée. Nous sommes 6 Associés et je suis la seule femme !


Mes clients sont principalement dans l’Immobilier et l’Edition mais je suis amenée à réaliser des missions dans d’autres secteurs.


Nous avons des clients du CAC 40 et des PME. J’ai une préférence pour les PME, les ETI car elles nous laissent plus de liberté même si le challenge est plus difficile. Nous n’avons pas le droit à l’erreur car l’impact est tout de suite important pour l’entreprise qui ne peut se permettre de « se tromper de candidat ».

 

Quelles sont les tendances concernant le recrutement des femmes (entreprises, secteurs, postes, profils) ?

Il n’y a pas de secteurs réellement mais plutôt des entreprises qui aujourd’hui recrutent plus que d’autres, dans le digital notamment. Mais force est de constater que le marché est calme depuis 2008 ; il y a eu une légère reprise en 2010 mais depuis les opportunités sont rares.

 

Je suis une fervente « féministe », je défends la cause des femmes et je suis sidérée quand j’entends encore des grands patrons balayer le sujet de la parité persuadés que tous les efforts sont faits dans leur entreprise. J’ai même entendu un patron s’inquiéter du sort des hommes !


Il y a encore beaucoup à faire. Je constate malheureusement que les femmes sont absentes des postes de direction et il m’est souvent difficile d’en trouver pour mes clients (quand ceux-ci sont favorables au recrutement d’une femme !). Elles sont présentes dans les métiers de marketing, communication, RH mais presque inexistantes aux postes de direction dans les secteurs IT, Export, Industrie.

 

Pourtant d’après des études réalisées par des cabinets comme McKinsey ; il semblerait qu’avoir des femmes au Comex augmenterait de 56% la productivité. Qu’en pensez-vous ?

Il y a effectivement des études qui démontrent l’impact positif pour une entreprise d’avoir des femmes au comex. Le problème est qu’il y a encore des patrons que ne sont pas convaincus. Ce n’est pas évident de changer les mentalités.


Il y a encore des barrières et les femmes elles-mêmes peuvent contribuer à les créer. Elles doutent, ne savent pas « se vendre » comme les hommes.

 

Justement, quels conseils donneriez- vous aux femmes pour « booster leur carrière » ?

Il faut que les femmes OSENT. Elles doivent se mettre en avant, s’affirmer et arrêter de penser qu’elles ne vont pas y arriver.


Je trouve que les réseaux de femmes sont incontournables. Ils ont pris de l’importance depuis une dizaine d’années (c’est un concept assez récent en France finalement pour les femmes) et sont de plus en plus organisés. Cela agace les hommes d’ailleurs ! Les réseaux permettent de s’entraider, de chercher des conseils.


Le coaching ou/et le mentoring sont également des moyens pour, par exemple, franchir un cap, se rassurer sur des nouvelles responsabilités, prendre confiance en soi.


Quand une femme souhaite évoluer, postuler à un nouveau poste, il ne faut pas hésiter à demander des lettres de recommandations et se préparer en amont. Avant un entretien il faut identifier les personnes qui sont susceptibles de « parler » de vous. Il faut se mettre en avant !

 

Quelques mots pour conclure ?

Notre rôle en tant que femmes est d’encourager les jeunes femmes, y compris les étudiantes à s’orienter vers tous les métiers, à ne pas baisser les bras. Je ne crois pas que les femmes de la génération Y seront vraiment différentes. Elles seront confrontées aux mêmes difficultés que nous. On doit donc les accompagner en les intégrant, par exemple, dans nos réseaux pour qu’elles voient « le monde du travail » tel qu’il est, en leur donnant des conseils.

 

Le mot de la fin : soyez bien accompagnées ! Un mari ou un compagnon qui vous encourage, vous aide à la maison et vous accompagne dans votre carrière c’est une barrière de taille que vous éliminez !

 

Retrouvez ici la totalité de la newsletter des Femmes du Tourisme.